la thermoablation par radiofréquence

Chère patiente, Cher patient,

En France, environ un tiers des personnes présentent des kystes ou des nodules dans la thyroïde. La plupart sont bénins. Toutefois, s’ils se développent rapidement, ils peuvent être responsables de symptômes tels que dysphagie, essoufflement, sensations de blocage (“boule dans la gorge”) ou apparaître de manière visible sur le cou, engendrant une  gêne esthétique. Mais dans la plupart des cas,  le fonctionnement de la glande thyroïde reste normal.

Environ  21000 opérations de la thyroïde sont actuellement effectuées chaque année en France. Celles-ci sont réalisées sous anesthésie générale, lors d’un séjour de plusieurs jours. Un congé maladie d’environ deux semaines est ensuite courant.

En plus des complications générales, communes à toutes les opérations (saignements, troubles de la cicatrisation de la plaie, cicatrices cutanées), la chirurgie thyroïdienne peut entraîner de graves complications, en particulier lors d’atteinte du nerf récurent engendrant une modification de la voix ou une hypocalcémie.

Grâce à l’utilisation d’ondes radioélectriques, une technique peu invasive, pour le traitement des nodules et des kystes thyroïdiens, est disponible depuis plusieurs années. L’ablation par radiofréquence de nodule de la glande thyroïde a été réalisée pour la première fois en Corée du Sud par le professeur Baek en 2002 et fait l’objet d’un développement constant depuis. Chaque année, environ 7 000 procédures sont effectuées dans quelques centres dans le monde. Cette méthode est utilisée en France depuis 2014. 

Pour la grossesse, l’ablation par radiofréquence n’est pas réalisée pendant la grossesse. Pendant l’allaitement, cela est facilement possible. Un stimulateur cardiaque ou un défibrillateur implanté n’est pas une contre indication. Si vous prenez un anticoagulant, veuillez nous en informer lors de la première consultation. Dans ce cas, il doit être suspendu pendant un certain temps en fonction de la préparation.  

Déroulement de la procédure :

Vous ne devez pas être à jeun pour la procédure, un petit-déjeuner léger est autorisé. Le comprimé thyroïdien ou tout autre médicament (en particulier contre le diabète ou l’hypertension artérielle) doit être pris de toute façon. Les médicaments anticoagulants tels que Plavix, Xarelto, Elliquis ou Sintrom ne doivent pas être pris le jour de l’examen et doivent parfois être suspendus plusieurs jours avant l’intervention.

Pendant toute la procédure, les paramètres circulatoires (pression artérielle, pouls, saturation en oxygène) sont surveillés. Une anesthésie générale ou une sédation n’est pas requise. Vous pouvez respirer, avaler et parler normalement pendant tout le processus de RFA. Le Dr Peria  vous demandera plusieurs fois au cours de la procédure comment vous vous sentez, si vous avez mal et vérifier votre voix en même temps

Après une anesthésie locale de la peau, on réalise une micro incision de 2 mm pour introduire la sonde de RFA, laquelle a environ l’épaisseur d’une recharge de stylo à bille. La sonde est introduite jusqu’au centre du nodule a traité, sous contrôle échographique. Le générateur est ensuite activé afin de produire de la chaleur à l’extrémité de la sonde et de traiter le nodule point par point.

En général, la sclérothérapie provoque une douleur chez environ 2 à 3% des patients. La glande thyroïde elle-même n’est pas sensible à la douleur, mais la capsule environnante et la peau sont anesthésiées. Il n’y a pas de cicatrice sur le cou lors de cette procédure!

Que signifie cet effet de chaleur pour le nodule?

Le tissu thyroïdien est définitivement détruit à une température de 64 degrés Celsius. La protéine est “dénaturée” – semblable à la cuisson d’un œuf. Des cellules de défense spéciales du corps dégradent davantage le tissu du nodule mort, le rétrécissant. L’ampleur de la réduction dépend de la taille et de l’état d’origine du nodule – environ 40% à 60% après 3 mois et environ 60 à 90% après 1 an.

Les tissus sains environnants étant complètement épargnés et pouvant continuer à produire des hormones, il n’est pas nécessaire de prendre des comprimés  tel que le Néomercazol après la procédure.Avec une diminution du volume des nodules,  parallèlement il existe une diminution de la dysphagie existante, de la  sensation de pression, ainsi qu’une diminution du nodule à l’œil nu. 

Durée de la procédure

L’ablation par radiofréquence réelle dure entre 30 et 60 minutes, en fonction de la taille du nodule. Dans l’ensemble, vous devez compter environ 3 heures le jour du traitement. Après la procédure, un cryobag refroidi est placé sur la région du cou traitée sous une légère pression. (Vous pouvez prendre un foulard ou une petite écharpe pour le maintenir !)

Une surveillance d’au moins 30 minutes après la procédure est recommandée. Vous recevrez alors des décongestionnants et des anti-inflammatoires. Veuillez ne pas conduire en voiture après la procédure.

Les 3 jours après la procédure, veuillez éviter:

– de soulever des objets lourds (plus de 5 kg)

– les activités physiques pénibles et généralement sportives

-les manœuvres impliquant l’arrêt de l’air (“compression”) (par exemple, jouer d’un instrument à vent, faire sauter quelque chose, etc.) – Entraver votre voix (ne pas chanter, crier, etc.)

– Ne prenez pas de bain complet le soir de la journée d’intervention. La douche (avec un pansement hydrofuge) est toutefois possible jusqu’au buste.

Quels symptômes ou complications peuvent survenir:

– altération temporaire de la voix (enrouement)

– saignements mineurs (régressant généralement au plus tard au bout de 1 jour à 3 mois)

– infections de la plaie

– rares: vomissements, toux, peau brûlée au site de ponction de l’aiguille tout à fait très rare, peut éventuellement  

En raison de la proximité de la Clinique Pauchet, une salle de bloc opératoire avec un anesthésiste est immédiatement disponible pour faire face à des complications graves ou des événements cardiovasculaires inattendus.

Pour la plupart des nodules de taille moyenne, un seul traitement suffit pour obtenir une diminution satisfaisante du volume.

La proximité particulière de certains nodules par rapport aux nerfs des cordes vocales ou avec de très grandes formations de nœuds, une deuxième intervention ou, dans ce dernier cas, des interventions répétées peuvent également devenir nécessaires. Toutefois, votre médecin pourra peut-être toujours estimer que cela vous conviendra.

Des examens de suivi sont nécessaires.

Les patients doivent subir un contrôle échographiques à 1,  3 et 12 mois après la RF. Cela sert également à documenter la diminution du ou des nodules et établir un suivi hormonal. L’échographie doit toujours être effectuée par le même médecin.